Toulouse, l'allaitement maternel - Questions à Christine consultante en lactation, certifiée IBCLC

AllaitementMaternelToulouse

 

Depuis que j'ai commencé à travailler avec les mamans et leurs bébés, j'aime à me renseigner sur tous les sujets qui touchent à l'enfance et aux nourissons. Je n'ai pour le moment pas d'enfant, mais cela ne m'empêche pas de me passionner pour tous ces sujets. Si vous me suivez sur Instagram, vous avez sûrement eu l'occasion de voir mes nombreux partages en stories. 

 

J'ai rencontré, grâce à mon travail, de nombreuses Mamans allaitantes.

J'ai eu l'occasion de discuter avec chacune d'elles, et parfois certains retours que j'ai pu entendre sur des conseils sur l'allaitement donnés par des professionnels de santé, m'ont dérangée voir parfois choquée. 

Comme je l'ai dit plus haut je me renseigne beaucoup, je compare un peu toutes les informations que je trouve. Je ne suis certainement pas une experte, mais il me semble pouvoir reconnaître lorsqu'un professionnel donne un mauvais conseil. 

 

En effet, bien qu'ils soient professionnels de santé, et même travaillant avec des bébés et Mamans allaitantes, beaucoup de professionnels ne sont absoluments pas formés sur l'allaitement. Et il arrive qu'ils poussent parfois malgré eux, ou même en pleine conscience, des Mamans à arrêter leur allaitement

 

Nous le vivons tous et toutes, lorsqu'un professionnel de santé nous donne un conseil, nous le prenons presque comme un ordre. Après tout, il/elle est profesionnel et sait de quoi il/elle parle ... Mais pas toujours, bien qu'ils sachent de nombreuses choses, les professionnels de santé ont chacun leur propre spécialité, et ne sont pas forcément formés à la question qui nous intéresse. Cependant cela ne les empêche pas de donner des conseils sur des sujets qu'ils ne maîtrisent pas pleinement. 

 

Ne voulant pas prendre la parole en me postionnant uniquement sur mes recherches et ressentis personnels. Je me suis tournée vers des consultantes en lactation. D'abord dans l'intention de permettre à mes clientes d'être écoutées, et entourées par des profesionnelles qui les aideraient à mener à bien leur projet d'allaitement. 

 

C'est donc dans cette démarche, de trouver de l'aide pour mes clientes que j'ai fais la connaissance de Christine de SOS Allaitement.

Christine est une conseillère en lactation certifiée IBCLC [consultante en lactation certifié par le conseil international.].

J'ai profité de mes échanges avec elle pour lui poser quelques questions, dans l'intention de vous les partager sur le Blog. 

 

N'oubliez jamais que tous ces conseils, et toutes les informations que vous glanerez sur l'internet, ne vaudront jamais un vrai rendez-vous avec une conseillère en lactation, qui sera la personne la plus à même de vous accompagner dans votre allaitement, pour qu'il soit à la hauteur de vos espérances et de vos envies. 

 

AllaitementLongToulouse

Faut-il se préparer à l'allaitement pendant la Grossesse ? Si oui, comment ? ​

 

Il n'est pas nécessaire de préparer son allaitement. Quelques personnes, dont des professionnels vous recommanderont de préparer vos mamelons, en y appliquant diverses crèmes, en les massant et parfois quelques idées farfelues qui permettraient de les "endurcir", mais aucune étude ne prouve l'intérêt de cette préparation.

Il faut savoir que les seins produisent, dès la grossesse une substance qui lubrifie et protège les mamelons.

Cependant si vous avez des problèmes de peau, type eczéma ou encore une peau extrêmement sèche même au niveau des mamelons il peut effectivement être judicieux d'appliquer des soins. 

Même si vous avez des mamelons plats ou rétractés, aucune étude ne prouve qu'une préparation soit nécessaire, tout se jouera avec bébé. 

 

Vous n'aurez pas non plus besoin de commencer à tirer votre lait pour pré stimuler la lactation. Cela est même fortement déconseillé car cela peut déclencher l'accouchement !

Si vous êtes diabétique ou qu'une césarienne est programmée vous pouvez commencer à tirer votre lait 10 jours avant votre date de terme. Cependant les conditions sont très spécifiques il vous faudra donc vous rapprocher d'une professionnelle. 

 

La leche league nous dit :  "En fait, la vraie préparation, celle qui peut faire la différence entre un allaitement réussi et un allaitement raté, elle ne se fait pas dans le corps, mais dans la tête."

 

Qu'est-ce que le colostrum ? 

 

Le colostrum, est le premier lait, sécrété pendant les premiers jours post-partum,  Il est concentré en cellules immunitaires, vitamines, anti-corps c'est pourquoi on l'appelle "le premier vaccin". C'est un lait très épais, et très concentré, sa quantité varie selon les mères, allant de 2 à 20 cuillères à café par tétée pendant les trois premiers jours post accouchement. 

Ce lait est très utile pour bébé lors de sa transition entre la vie intra-utérine et la vie à l'extérieur, où il va faire face à la colonisation microbienne. 

 

 

Beaucoup de gens déclarent que l'on ne peut pas tomber enceinte quand on allaite. Quel est votre avis ?  


​Il y a des conditions. Si la mère allaite exclusivement et de façon très rapprochée. Pas plus de 4h entre chaque tétée de jour comme de nuit. Et tant que le retour de couche n'a pas eu lieu, le retour de couche étant le retour des règles. L’allaitement est alors aussi efficace que la pillule (protection de plus de 98% vis-à-vis d’une nouvelle grossesse) pendant les 6 premiers mois car le taux d’hormones reste très haut, si les tétées sont intensives (nuit et jour).

On parle de la MAMA (Méthode de l’Allaitement Ma­ternel et de l’Aménorrhée), qui comprend quatre impératifs : 

 

                              - Allaitement exclusif.

                              - Absence de retour de couches.

                              - Age de l’enfant inférieur à 6 mois.

                              - Pas d’espace de plus de 4 à 6 heures entre les tétés jour et nuit

 

 

Quels sont les raisons qui peuvent empêcher un allaitement ?

 

 

 

Peu de choses peuvent vraiment empêcher l'allaitement contrairement à beaucoup de croyances, cependant il existe quelques cas.

 

- Si la mère suit un traitement lourd type chimiothérapie.

 

- La Galactosémie congénitale vraie du nourrisson est un trouble rare du métabolisme. L’enzyme du foie qui convertit le galactose est absente et le bébé ne peut pas métaboliser le lactose, sucre du lait. C'est une maladie due à l'accumulation de galactose (l'un des sucres contenu dans le lait) dans les tissus. 

Cette maladie  provoque en premier lieu des vomissements et une diarrhée et ensuite peut engendrer des problèmes de développement moteur ou mental. Le dépistage systématique du galactose dans le sang dès la naissance fait que cette maladie est devenue très rare. L’allaitement est donc contre-indiqué et le bébé doit recevoir une préparation lactée sans galactose.

 

A ne pas confondre avec une “intolérance transitoire au lactose” qui survient généralement après une maladie intestinale ou un traitement antibiotique et qui dure habituellement deux à quatre semaines et qui disparaît sans qu’il soit nécessaire d'interrompre l’allaitement, au contraire.

 

- La phénylcétonurie (dépistée par le test de Guthrie) se caractérise par un défaut du métabolisme d'un acide aminé, la phénylalanine, pouvant entraîner des dommages cérébraux vers deux ans. Un bébé qui souffre de PCU peut etre allaité partiellement, tout en recevant une preparation lactée sans phénylalanine.

 

- La leucinose (ou maladie des urines à odeur de sirop d'érable) est due à un défaut du métabolisme d'une chaîne d'acides aminés que l'on trouve dans toutes les protéines naturelles, et donc dans le lait humain. Là aussi il existe des préparations de synthèse spéciales contenant une quantité faible de ces acides aminés, et comme dans le cas précédent, le lait maternel peut être associé à ces préparations et un allaitement au sein partiel est donc possible.

 

- Un herpès avec lésions buccales chez le bébé impose un sevrage temporaire du sein, afin d'éviter une contamination de la mère. Mais le lait peut être tiré et donné au bébé, et l'allaitement reprendre après guérison des lésions.  Si les lésions se situent sur le sein de la mère, cela oblige la maman à tirer son lait jusqu’à guérison des plaies; elle peut donner son lait au bébé si le tire lait et ses mains ne sont pas en contact avec les plaies.

 

Attention à la pilule qui peut avoir un impact sur la lactation. Lorsqu'elle met en moyenne 1 mois/1 mois et demi pour se mettre en place, avec prise d'une pillule contraceptive, même minidosée, cela peut prendre beaucoup plus de temps. 

 

Est-ce que le fait d'avoir subi une augmentation ou réduction mammaire empêche d'allaiter ? 

 

Pour une augmentation mamaire, si l'opération remonte à plusieurs années, celle-ci ne devrait pas poser de soucis. Cela va aussi dépendre de l’emplacement de la prothèse (sous le muscle étant l'idéal) la place de la cicatrice. (en rayon et non autour du mamelon ce qui aurait coupé les canaux.)

Les réductions mammaires où les canaux lactifères ou des nerfs ont été sectionnés ou enlevés, peuvent avoir un effet dommageable sur l'allaitement. 


De toute façon, il n'y a rien de spécial à faire pour savoir à l'avance : la seule façon de savoir si l'allaitement est possible, c'est d'essayer.

 

ConseillèreLactationToulouse

Beaucoup de professionnels de santé, recommandent d'allaiter à heures fixes. Quel est votre avis sur la question ? 


Et vous est-ce que vous mangez à heures fixes, en même quantités à chaque fois ? Les bébés ne sont pas des machines, qui mangent, dorment, vivent à heures fixes.
L'allaitement doit être fait à la demande, dans la mesure ou bébé n'a aucun problème de poids et n'est pas né prématuré. Attention, dans les premiers jours de vie il est normal que bébé perde un peu de poids, cependant si la perte ne remonte pas de façon normale n'hésitez pas à demander un tire-lait ou un DAL (voir question suivante) plutôt que de vous faire imposer un biberon si vous n'en avez pas envie !

Un bébé qui n'est pas malade et né à terme va prendre 8 à 10 tétées au moins, jusqu’à 15 tétées par jour pendant le premier mois. Le nombre de tétées ou même la contenance du sein n'a rien à voir avec la taille des seins (capacité de stockage du lait dans les seins). Les gros seins peuvent contenir simplement plus de tissu adipeux.

 

Pouvez-vous nous expliquer, quels sont les dispositifs d'aide à la lactation et à quoi servent-il exactement ? 

 

Un DAL ( dispositif d'aide à la lactation ) est un récipient que l'on peut accrocher autour du cou grâce à un cordon. Il est aussi possible d'utiliser un biberon pour servir uniquement de récipient. Une sonde ou un tube très fin est d'une part entré par la tétine du biberon ou dans le bouchon du DAL , et de l'autre apposé sur le sein pour permettre de compléter.

Bébé va donc devoir téter pour obtenir le lait en complément, ce qui va aider à augmenter la lactation. Cette technique peut même permettre à une femme ayant une hypoplasie mammaire ou ayant adopté son enfant à le garder au sein tout en stimulant (déclenchant) la lactation !

Si bébé a des difficultés à téter, s'il a des problèmes de succion, on utilise le DAL avec le doigt. Le doigt étant fait de chair et surtout plus ferme que le sein, cela va entrainer bébé et permettre de le remettre au sein rapidement. Découvrez en plus sur le DAL

 

 

Qu'elles sont les positions possibles pour allaiter bébé ?

 

Les positions classiques la madone ou la madone inversée le ballon de rugby. allongée sur le côté... peuvent être utiles dans certaines situations comme des jumeaux ou des bébés prématurés ou qui ont des tensions dans le dos ...etc.


 Mais il y a une installation physiologique ( presque magique dit Christine ) qui correspond à la physiologie du bébé et de la maman. On l'appelle "allaitement instinctif (Biological Nurturing)". En appui dorsal, des coussins un peu partout pour être la plus confortable possible, la mère est plus ou moins inclinée en arrière. et bébé en appui ventral continu sur elle.

Cette installation déclenche les réflexes archaïques de bébé et réveille l’instinct maternel.

Pour que les mamans se représentent la position, Christine leur pose cette question : 

“Est ce que vous regardez netflix ? Oui, alors comment vous vous installez ? Avachie et c’est comme ça que vous pouvez vous y prendre !"

 

Le maître mot c’est le confort maternel. Si vous êtes confortable, vous serez plus à même de positionner votre bébé et votre bébé sera également plus serein et détendu pour la tétée.

 

Découvrez en un peu plus sur cette position magique.

Découvrez aussi le site de Suzanne Colson qui préconique cette méthode.

 

 

Quel est le moment idéal pour mettre bébé au sein ? 

 

Quand bébé vient de naître il n’a pas faim car il était nourri en continu par le cordon. Il faut savoir que jusqu'à 6 ans les enfants ne pensent pas forcément à demander quand ils ont faim. Et oui il y a tellement de choses à découvrir quelque soit l'âge ! Alors il faut proposer à manger régulièrement.

Pour un tout petit bébé, le mettre régulièrement au sein, pour s'assurer qu'il mange suffisamment.

Mettez bébé au sein,  au moment des signes d’éveil, et mieux juste avant pendant la phase de sommeil léger. Attendre qu'il soit totalement éveillé c'est risquer qu'il s’énerve très vite. Le mettre au sein lorsqu'il est en sommeil léger évitera ce genre de frustration et donc d'impatience.

 

Est-ce que l'allaitement fait mal ? Est-il normal de ressentir de la douleur ? 

 

Il n’est pas normal d’avoir mal lorsqu’on allaite.

 

La douleur signifie que la maman et/ou le bébé sont mal positionnés, ou que le bébé a un problème de succion, ou qu’il a un frein de langue ou de lèvre court, ou qu’il y a une infection sur les mamelons…

L’utilisation de la gravité est essentielle pendant la tétée. Elle aide ou pas la tétée.

Lorsqu'on utilise les positions type madone ou ballon de rugby, la gravité n'aide pas c'est souvent pourquoi on conseil à la maman d'utiliser un coussin d'allaitement pour remonter bébé. La maman est penchée vers son bébé, la gravité éloigne bébé du sein et le lait sort plus vite. De plus la gravité empêche bébé de bouger et agit contre ses réflexes archaïques. Tout ceci engendre des douleurs pour la mère et de l'inconfort pour bébé. 

Dans quasiment tous les cas, les douleurs de mamelons et crevasses sont dues à une mauvaise succion du bébé (mauvaise position de son corps et donc de sa bouche, de sa langue...)

 

SOSAllaitementToulouse

Contactez Christine 

SOS Allaitement

11 Allée Lucie Aubrac, 31520 Ramonville Saint-Agne/ france, FRANCE
E-mail : contact@sos-allaitement.fr
Téléphone : 07 86 41 84 75

 

Sources Officielles : 

Organisation Mondiale de la Santé

Programme National Nutrition Santé

La Leche League

Coordination Française pour l'Allaitement Maternel 

Suzanne Colson - l'allaitement instinctif

 

Si vous lisez l'anglais : Découvrez le site Droplet ABC

Tout droits réservés © Jessica Thiel Photographe